Conversation avec Patrice Lebreton

–        Quel est votre parcours artistique ?

 

Après les beaux arts, je me suis dirigé vers une formation à la céramique.

Installé en atelier dès 1976 j’ai été attiré au fil des ans et des expériences par des créations contemporaines.

Je participe à des expositions de groupes et personnelles.

 

Qu’elles sont vos influences artistiques ?

 

Surtout influencé par les voyages réels et imaginaires je puise mon inspiration dans un contact intime avec la nature et le monde sensible qu’elle représente pour moi. Cette alliance m’a conduit depuis une dizaine d’année à des réalisations plastiques in-situ, du land-art aussi. Aujourd’hui j’inclus des éléments céramiques dans mes installations cheminant ainsi sur un parcours où la cohésion se construit à petits pas.

 

Est-ce la 1ère fois que vous exposez pour le festival de l’estran ?

 

J’ai participé en 2013 au festival de l’estran.

C’est important de pouvoir vivre plusieurs fois cette aventure. L’environnement particulier des sites est une invitation à « durer » pour mieux les ressentir et jouer avec la mobilité du paysage lors des marées.

 

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce festival ?

 

Ma pratique du land art nécessite que des projets, des lieux y soient dédiés.

Les lieux du festival  ouvrent des scènes aux artistes, à eux de venir y composer et y jouer.

Le festival se doit d’attirer les spectateurs pour y rencontrer les créations et leurs auteurs.

Tout à coup dans un cadre déjà merveilleux l’âme d’enfant que j’espère chacun porte en lui, se réveille.

Si elle peut aussi s’émerveiller…

Le festival c’est aussi un parcours, une promenade , un regard différent sur un paysage , une découverte d’un territoire..

L’œuvre nous attire et crée un déplacement physique et intérieur.

 

L’équipe est sympa cela aussi est plaisant !