Conversation avec Louise De Contes

Selon moi, j’ai un style plutôt naïf, léger et poétique, empreint d’imaginaire.

La plupart du temps je m’inspire de ce que je vois, ce que je vis, des choses et du monde qui m’entourent. Ce que je dessine, ce que je montre à voir est une perception, une vision de ce qui nous entoure.

Ce qui me plaît dans le festival de l’Estran, c’est que :

– les installation sont in situ, pensé pour le lieu et l’environnement local.

– Les artistes sont invités à créer sur les lieux où ils exposent, au regard du public. Cela permet une rencontre, un échange avec les habitants et les curieux du coin.

– Le festival de l’Estran a lieu dans une région que j’affectionne particulièrement.

– Dans mon travail : Une vie de légendes, hommage à mon grand-père, je souhaite inviter chaque personne qui voit, qui lit, qui prend le temps de s’arrête à entrer dans un imaginaire, qu’il se laisse porter par une histoire, un univers graphique, le tout rassemblé dans cette installation dans laquelle il peut évoluer, marcher entre les voiles ou les admirer de loin.